Navigation – Plan du site

Inventaire du cabinet d’histoire naturelle de Montpellier en 1806

Pierre-Yves Lacour

Texte intégral

Note de l’éditeur :

  • 1 Junius Castelnau et Eugène Thomas, Mémoire historique et biographique sur l’ancienne Société royale (...)

L’inventaire de sept pages du cabinet d’histoire naturelle de Montpellier a été rédigé en octobre 1806 par André-Antoine Touchy (1752-1814). Issu d’une famille montpelliéraine de négociants, officiers et chirurgiens, il est lui-même magistrat à Montpellier sous l’Ancien Régime puis professeur d’histoire à l’École centrale de l’Hérault sous la Révolution et, enfin, professeur du lycée et conservateur de la collection d’histoire naturelle de la ville sous l’Empire1. Dans ces dernières fonctions, il prend la relève de Jacques-Philippe-Raymond Draparnaud en 1803. De part et d’autre de la Révolution, il est membre de l’académie montpelliéraine – appelée Société royale des sciences sous l’Ancien Régime puis Société libre des sciences et des belles-lettres à partir du Directoire – où il fait passer six mémoires. Ses papiers privés reliés en cinq volumes ont intégré le fonds patrimonial des bibliothèques montpelliéraines en 1873 et sont consultables sous les cotes Ms 98 à Ms 102. Ils sont numérisés mais la reliure empêchant souvent de lire les fins de phrases, il a fallu retourner au manuscrit.

Source du document : Médiathèque Émile Zola, fonds des manuscrits, ms 101, f° 100 à 103.

Cabinet d’histoire naturelle de Montpellier

  • 2 Jean-Guillaume Bruguière (1750-1798). Naturaliste né à Montpellier où il étudie la médecine à l’Uni (...)

1Les collections de Ms. de Joubert et de Faugères achetées par le département pour l’École centrale au prix de 20 000 F. ont formé cette collection ; et elle a reçu depuis que la ville en jouit, des objets recueillis par feu M. Bruguières [sic]2 et par M. Touchy directeur et professeur actuel de cet établissement.

  • 3 Louis-Henri-Pascal de Saint-Félix (baron de Faugères), Catalogue des oiseaux de la collection de M. (...)
  • 4 Antoine-François Fourcroy (1755-1809), chimiste puis directeur général de l’Instruction publique, r (...)
  • 5 Claude-Louis Bertholet (1748-1822), chimiste puis sénateur à partir de 1799, il devient un des haut (...)

2Ce cabinet n’a jamais eu de catalogue, si ce n’est pour la partie ornithologique. Celui qui fut fait à cet égard par M. de Faugères il y a vingt cinq ans n’est pas comme on le sent bien, relatif à l’état actuel3. Le professeur se propose de faire le catalogue général de la collection. Mais ce travail a été retardé par le transport qu’il a fallu faire de la collection, laquelle va être en ce moment déplacée une seconde fois, en attendant une troisième et définitive translation. Au reste un catalogue de ce genre et pour un cabinet tel que celui-cy est un travail long. M. le directeur général de l’instruction publique voyant le cahos [sic] et le nombre des objets de minéralogie de ce cabinet, dit au professeur, vous avez là du travail pour trente ans, à débrouiller le cahos [sic] ; et je sais ce que c’est4. M. le sénateur Bertholet5 vit aussi ce désordre et comme M. de Fourcroy, loua le zèle du professeur et promit la protection à l’établissement formé ou plutôt projetté [sic] par Ms. les inspecteurs gén. de l’instruction publique et par M. le préfet du département et la mairie de Montpellier.

  • 6 La suppression des Écoles centrales en 1802 a généralement entraîné la disparition des enseignement (...)

3Tout ce que le professeur a pu faire jusqu’à ce moment et par un travail de trois ans, dont il n’a encore reçu auquun [sic] salaire, a été de classer provisoirement la collection entière, et d’y faire durant cet été dernier un cours sur les formes et sur les matériaux du globe terrestre, cours suivi de démonstrations en campagne et d’un voyage au port et au rivage de Sète : les élèves du lycée et le public de Montpellier ont assisté à ce cours : il va être continué cette année6.

  • 7 Jean-Baptiste Nompère de Champagny (1756-1834), ministre de 1804 à 1807. Notons que Jean-Antoine Ch (...)

4Ce deffaut [sic] de catalogue, le professeur de ce cabinet va en présenter un apperçu [sic] à son excellence le Ministre de l’intérieur7 ; et il le prie de vouloir bien accorder sa protection et ses bienfaits à un établissement aujourd’huy nécessaire à l’instruction générale, dont nous avons les matériaux ; et qui n’a été jusqu’à ce moment soutenu que par le zèle du professeur.

Collection zoologique

5Une dissection anatomique des nerfs du corps humain.

Une momie égyptienne.

  • 8 Sextantio, aujourd’hui Castelnau-le-Lez.

Des ossements [foui]llés dans des urnes sépulcrales grandes et petites, urnes trouvées pour la plus part [sic] à Substantion, Sexta statio8 de la voye romaine, dont on voit les vestiges à peu de distance de Montpellier. Des fragments de poteries et autres débris antiques sont placés à côté des urnes sépulcrales.

6Vingt pièces, quadrupèdes empaillés, cornes, têtes de gros poissons, avec une grande murène empaillée.

  • 9 Ils viennent pour l’essentiel de la collection Faugères qui, d’après son catalogue, renferme enviro (...)
  • 10 Touchy s’est particulièrement intéressé aux oiseaux comme en témoignent ses deux mémoires publiés p (...)

700 oiseaux empaillés, avec deux squelettes et deux œufs d’autruche9. Cette collection est prétieuse [sic] dans un pays tel que celui-cy, quoiqu’elle n’ait qu’une centaine d’oiseaux neufs qui y ont été mis par le professeur actuel10. La plus part [sic] des autres oiseaux sont de grande taille et étrangers. Elle est enfermée dans six très grandes armoires et dix petites.

  • 11 Lire Chama gigas.

71 000 coquilles assez belles et parmi les quelles [sic] est une grande camma gygas11.

Une suite considérable de beaux coraux, madrépores, éponges &c &c.

Une suite considérable de fossiles de Courtagnon, lesquels furent recueillis par M. Bruguières [sic].

Les fossiles des environs de Montpellier recueillis par le professeur actuel.

En fin [sic] cinq quarrés [sic] contenant des papillons et autres insectes.

Collection minéralogique

8Cette partie de la collection a de beaux cristaux, de grands échantillons et des morceaux polis, parmi lesquels sont deux coupes d’agate l’une des quelles [sic] est sculptée et antique ; elle est riche en morceaux relatifs à la lythologie [sic] et à la minéralogie; mais il lui manque les objets nouvellement connus. Les objets minéraux ainsi que les mollusques sont renfermés dans de très grands corps d’armoires de noyer garnies comme celles des oiseaux en verre de Bohême et dans des tablettes de moindre importance.

Collection de botanique

  • 12 Il s’agit ici du manichéisme perse. Cette expression « dogme des deux principes » est fréquente dan (...)

9Une suitte [sic] de graines et fruits, parmi lesquels trouve place, faute d’autre, une racine sculptée en orient et qui représente le dogme des deux principes12.

600 plantes en herbier desquelles beaucoup sont alpines et viennent d’être ajoutées à la collection par le professeur.

10Enfin des bustes et tableaux de savants de Montpellier, collection commencée par le professeur.

à Montpellier ce 28. 8bre. 1806.

[Signé] Touchy

Haut de page

Notes

1 Junius Castelnau et Eugène Thomas, Mémoire historique et biographique sur l’ancienne Société royale des sciences de Montpellier. [Et] Notice historique sur la Société des sciences et Belles-Lettres de la même ville, Montpellier, Boehm, 1858, p. 241-242.

2 Jean-Guillaume Bruguière (1750-1798). Naturaliste né à Montpellier où il étudie la médecine à l’Université, il est surtout connu pour ses travaux sur les coquilles fossiles et les vers et pour son voyage en Perse, accompagné de Guillaume-Antoine Olivier, où il meurt au retour. Voir notamment : Martin J. S. Rudwick, Bursting the limits of time: the reconstruction of geohistory in the age of revolution, Chicago; London, The University of Chicago Press, 2005, p. 257-258.

3 Louis-Henri-Pascal de Saint-Félix (baron de Faugères), Catalogue des oiseaux de la collection de M. le Bon de Faugères, fait suivant le système de M. Brisson..., Paris, Imprimerie de Stoupe, 1782, 94 p.

4 Antoine-François Fourcroy (1755-1809), chimiste puis directeur général de l’Instruction publique, rattachée au ministère de l’Intérieur entre 1802 et 1808.

5 Claude-Louis Bertholet (1748-1822), chimiste puis sénateur à partir de 1799, il devient un des hauts dignitaires de l’Empire.

6 La suppression des Écoles centrales en 1802 a généralement entraîné la disparition des enseignements d’histoire naturelle dans les départements, les lycées napoléoniens ne faisant plus de place à cette matière dans les programmes scolaires. Montpellier fait donc ici figure d’exception, si ce n’est que le caractère gratuit de l’enseignement de Touchy laisse entendre qu’il s’agit de cours donnés en dehors des programmes officiels du lycée.

7 Jean-Baptiste Nompère de Champagny (1756-1834), ministre de 1804 à 1807. Notons que Jean-Antoine Chaptal (1756-1832), chimiste d’origine montpelliéraine, a été ministre de 1800 à 1804.

8 Sextantio, aujourd’hui Castelnau-le-Lez.

9 Ils viennent pour l’essentiel de la collection Faugères qui, d’après son catalogue, renferme environ 750 oiseaux. 700 spécimens ornithologiques, cela fait une importante collection, d’autant que le nombre d’oiseaux peut servir d’indicateur pour juger de l’importance des collections. À la même époque, le Muséum national d’histoire naturelle en compte environ 2 000 et le cabinet Hermann environ 900. À ce propos : Pierre-Yves Lacour, La République naturaliste. Collections d’histoire naturelle et Révolution française (1789-1804), Paris, Publications scientifiques du Muséum d’Histoire naturelle, Archives, 2014, p. 416 et p. 477.

10 Touchy s’est particulièrement intéressé aux oiseaux comme en témoignent ses deux mémoires publiés par la Société royale des sciences dans les années 1784-1785 portant l’un sur leur voix, l’autre sur leurs migrations. Voir : Hubert Bonnet, Roland Galtier et André Thévenet, Index des publications [de l’Académie des sciences et lettres de Montpelier] : 1706-1997, Montpellier, Académie des sciences et lettres de Montpellier, 1998, p. 229-230.

11 Lire Chama gigas.

12 Il s’agit ici du manichéisme perse. Cette expression « dogme des deux principes » est fréquente dans l’interprétation des religions à la fin du XVIIIe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Yves Lacour, « Inventaire du cabinet d’histoire naturelle de Montpellier en 1806 », Liame [En ligne], 26 | 2016, mis en ligne le 02 mars 2016, consulté le 23 mai 2017. URL : http://liame.revues.org/525 ; DOI : 10.4000/liame.525

Haut de page

Auteur

Pierre-Yves Lacour

CRISES (EA 4424), Université Paul-Valéry, Montpellier

pierre-yves.lacour@univ-montp3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Liame sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sciences Humaines et Sociales de Montpellier (CRISES)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org